Communiqué de presse - CAFPI - Maroc

Immobilier: Cafpi Maroc déploie tout son savoir-faire pour accompagner les seniors en quête de retraite au soleil

25 juil. 13
Depuis 2008, Cafpi s’est investi sur le marché immobilier marocain avec l’objectif de rendre le crédit plus simple et plus accessible. Ses services s’adressent non seulement aux Marocains, mais aussi aux étrangers. Le Maroc a beau être francophone, s’entourer des conseils d’un spécialiste s’avère forcément gagnant.

Depuis 2008, Cafpi s’est investi sur le marché immobilier marocain avec l’objectif, comme en France, de rendre le crédit plus simple et plus accessible. Ses services s’adressent non seulement aux Marocains qui cherchent à financer leur résidence principale, mais aussi aux étrangers en quête d’une résidence secondaire, d’un toit pour leur future retraite ou encore qui souhaitent mener un projet d’investissement locatif. Or, quel que soit le cas de figure, l’achat d’un bien immobilier n’a rien de facile. Encore moins lorsqu’on débarque d’un autre pays où la législation sur l’achat immobilier est différente. Le Maroc a beau être francophone, s’entourer des conseils d’un spécialiste s’avère forcément gagnant.

 

Cafpi accompagne ses clients à tous les stades de l’acquisition

 

Investir au Maroc implique, dans la plupart des cas, la nécessité de trouver un financement, ne serait-ce que pour éviter de se démunir de ses économies. Il est toujours possible de le dénicher, via sa banque en France, mais les banques exigent généralement une garantie hypothécaire non pas sur le bien acquis au Maroc, mais sur un bien détenu en France. Pour éviter cet écueil, la banque centrale marocaine autorise désormais les étrangers, moyennant un apport de 30 % de la valeur du bien en devises – d’accéder au crédit immobilier auprès des banques marocaines à des conditions quasiment identiques à celles consenties aux Marocains. Reste que bénéficier à plein de la fiscalité et des atouts du crédit dans ce pays, impose une grande rigueur et le recours à un expert du financement. De ce point de vue, depuis 2008, Cafpi bénéficie d’une expertise reconnue dans l’accompagnement de ses clients étrangers non résidents, désireux d’investir au Maroc. Cet accompagnement s’effectue non seulement au regard de la problématique financière, mais aussi juridique et fiscale. En matière de crédit « chaque projet est unique et nécessite une réponse spécifique, indique Ghali Chraibi, responsable de Cafpi Maroc, notre mission est d’analyser le besoin du client, de défendre ses intérêts auprès des nombreuses banques avec lesquelles nous avons noué des partenariats, d’analyser leurs réponses et de proposer au client celle qui s’avère la plus pertinente en fonction de son objectif, sachant que le taux n’est pas l’unique élément à considérer ». Il est, en effet, impératif d’analyser le crédit au regard de la garantie exigée, de l’assurance. De fait, entre les pratiques françaises et celles qui existent au Maroc, force est de constater que, contrairement aux idées reçues, un crédit marocain ne coûte pas plus cher qu’un prêt hypothécaire souscrit en France, même si son taux est plus élevé au départ. Exemple, un prêt de 1 200 000 dhs (environ 107 900€) au taux de 6 % sur 12 ans, implique une mensualité de 12 086 dhs (environ 1 100 €), soit un coût de crédit de 540 411 dhs (environ 48 600 €). 

 

Résider fiscalement au Maroc : le jackpot !

 

Le gouvernement marocain qui cherche à attirer les investisseurs sur son territoire, a mis en place toute une batterie de mesures fiscales très incitatives. Ainsi, un retraité qui s’installe au Maroc bénéficie d’un abattement de 40 % sur sa retraite domiciliée au Maroc et d’une réduction d’impôt de 80 % (lire exemple ci-dessous). Il est également exonéré d’ISF pour tout bien acquis sur le sol marocain ou toute somme placée sur un compte local. Pas étonnant que le Maroc attire autant les seniors. Selon une étude Ipsos réalisée en 2010, deux Français sur dix quitteraient la France pour s’établir à l’étranger, le Maroc étant l’une des destinations préférées de ces retraités français. Encore faut-il s’en remettre aux professionnels.

 

Exemple d’un senior versant la totalité de sa pension de retraite soit 20 000 euros

 

Montant de la pension en dirhams

224 360 Dhs

Assiette après application de l’abattement de 55%

224 360 - 224 360 * 55% = 100 962 Dhs

Calcul de l'impôt tranche maximale d'IGR

100 962 * 38% - 24 400 = 13 965

Application de l'abattement de 80% (en cas de transfert définitif de la pension au Maroc)

13 965 - 13 965 * 80% = 2 793 Dhs

Impôt final

2 793 Dhs (248 €) soit un taux de 1.24 %

 

Peu de pays offrent de tels avantages fiscaux. Investir au Maroc apparaît donc comme une excellente option pour les seniors se préoccupant d’alléger leur fiscalité tout en bénéficiant d’un cadre de vie agréable à 3 heures de Paris à peine. Cafpi, fort de son expérience et de son savoir-faire dans le pays comme en France, se met en quatre pour les accompagner dans leur projet et concourir à sa réussite.


Contact médias - Carol Galivel - 01.41.05.02.02

plan du site mentions légales haut de la page