Fichier joint

66% des Français sont inquiets des effets de l’inflation sur les conditions d’accès au crédit

22 juin 22

Contact médias : Carol Galivel - 01 41 05 02 02 - 06 09 05 48 63 – galivel@galivel.com

La 10e édition de l’enquête Ifop-CAFPI sur le thème des Français et l’accession à la propriété, réalisée en mai 2022, fait état de la dégradation de l’état d’esprit des Français âgés de 25 à 65 ans, avec une inquiétude grandissante sur leur situation économique et sur leur capacité à devenir propriétaire.

72% des Français inquiets de la hausse des taux

Ce sentiment de crise économique n’avait pas été observé depuis 2012, année de la crise de la dette publique en zone euro. « Du côté des primo-accédants, leur perception de la situation économique actuelle s’avère encore plus préoccupante dans la mesure où 92% d’entre eux considèrent que nous sommes toujours plongés en pleine crise économique », commente Olivier Lendrevie, Président de CAFPI. Face à cette perception alarmiste du contexte économique, 42% des Français de 25 à 65 ans déclarent que leur état d’esprit général est pire que l’année dernière.

 

L’inflation (la hausse des prix) se situe actuellement à un niveau autour de 4.5% en France. Êtes-vous personnellement inquiet(e) ou pas inquiet(e) par ce niveau d’inflation (la hausse des prix) pour les éléments suivants ?

 


Le niveau d’inflation – généré par la crise internationale – et ses répercussions sur le pouvoir d’achat, la hausse des taux d’intérêt, le prix des biens immobiliers ou encore les conditions d’accès à un crédit immobilier constituent une source de grande inquiétude pour 61% des Français interrogés, 19% d’entre eux se déclarent même « très inquiets » sur chacune de ces dimensions.

 

73% des Français estiment qu’il est difficile de devenir propriétaire

En réaction à cette inquiétude généralisée et à ce pessimisme ambiant, le sentiment de facilité à devenir propriétaire en France se dégrade également. « Seuls 27 % des sondés estiment qu’il est aujourd’hui facile de devenir propriétaire. Un triste record, quand on connaît l’amour des Français pour la pierre, et que se loger est un besoin essentiel », ajoute Olivier Lendrevie.

 

Est-il facile selon vous de devenir propriétaire ?



Dans le détail, ils ne sont que 5% à considérer qu’il est « tout à fait » facile et 22% qu’il est « plutôt » facile de devenir propriétaire en France, tandis que 73% estiment cela difficile, dont près d’1/4 (24%) « pas du tout » facile. Sur ce sujet, les primo-accédants se montrent légèrement plus optimistes, avec près d’un tiers (36%) qui soulignent la facilité d’accès à la propriété.

Dans la conjoncture actuelle seuls 38% des Français estiment avoir les moyens financiers suffisants pour acquérir un bien immobilier dont 12% « tout à fait », contre 45% lors des 2 sondages précédents (réalisés en septembre 2021 et en mars 2021).

 

Malgré les difficultés perçues à devenir propriétaire, l’attachement et la confiance dans la pierre ne faiblissent pas  

L’intention de devenir propriétaire au cours des 5 prochaines années se maintient, avec 41% de Français qui déclarent avoir l’intention d’acheter au moins un bien immobilier, soit une baisse légère de 3 points par rapport à septembre 2021 et mars 2021. Plus précisément, 30% ont l’intention d’acheter une résidence principale (-2 points), 15% un bien immobilier locatif (-1 point) et 9% une résidence secondaire (+1 point).

Toutefois, l’impact du niveau d’inflation sur les projets immobiliers se révèle significatif : près de 6 intentionnistes sur 10 (57%) déclarent que le niveau d’inflation actuel pourrait retarder leur projet d’achat immobilier. La tendance est encore plus prononcée chez les primo-accédants, qui sont 65% à anticiper que cela pourrait retarder leur projet d’achat, contre 35% qui déclarent que cela ne va ni le retarder ni l’accélérer.

 

Pour 37% des Français, la difficulté de trouver un financement est un des principaux freins à l’accès à la propriété

Au-delà des effets de la conjoncture économique inflationniste, deux tiers des Français (67%) continuent de citer la cherté du prix de l’immobilier comme principal frein (et 40% en premier) au fait de devenir propriétaire – une proportion très stable par rapport à septembre 2021 (mais +9 points par rapport à mars 2021). De la même manière, la difficulté à trouver un financement auprès d’une banque demeure le deuxième frein identifié, par 37% des Français (dont 16% en premier), un score identique à celui de septembre 2021 et mars 2021.

Le manque de confiance en l’avenir (22%) et la difficulté à trouver un bien correspondant à ses attentes (24%) enregistrent tous deux une baisse par rapport à septembre 2021 (respectivement-4 points et -8 points), tandis que les frais liés à l’acquisition d’un bien sont sans surprise davantage cités lors de cette vague, à hauteur de 29% (+4 points). Le fait de devoir s’éloigner du lieu géographique où l’on habite constitue également un frein pour 18% des Français (-3 points).

« Dans un environnement aussi incertain, avec des conditions d’octroi de crédits qui se durcissent fortement, il est primordial de bien préparer sa demande de crédit. L’essence du courtier est d’assister son client dans ces moments de grandes difficultés » précise Olivier Lendrevie.  

 

En dehors des aspects financiers, quels sont selon vous les trois principaux freins qui empêchent de devenir propriétaire ? En premier ? Et ensuite ?

 

Le recours à un crédit semble plus que jamais nécessaire malgré des conditions d’accès jugées de plus en plus difficiles

Dans la lignée de ces diverses sources d’inquiétude en lien avec l’inflation, 62% des Français estiment – ou ont pu constater – que les conditions d’obtention d’un crédit dans le cadre d’un achat immobilier sont devenues plus difficiles – une hausse de +11 points par rapport à septembre 2021 et +4 points par rapport à mars 2021. « Les primo-accédants et les intentionnistes pour au moins un achat, sont d’ailleurs respectivement 64% et 66% à percevoir un durcissement des conditions d’obtention d’un crédit », commente Olivier Lendrevie.

 

Dans le cadre d’un achat immobilier, diriez-vous que les conditions d’obtention d’un crédit au cours des dernières années sont devenues plus faciles ou plus difficiles ?



Le crédit demeure un recours de masse : 41% des répondants en ont actuellement un à rembourser ou ont l’intention d’en initier un dans les 6 prochains mois. Chez les primo-accédants, cette part atteint 78% des réponses. Parmi les répondants disposant ou souhaitant disposer d’un crédit se trouvent également une majorité des 35-49 ans, des cadres, des foyers avec enfants, et de ceux gagnant plus de 3000 € nets par mois.

Concernant l’entrée en vigueur de la Loi Lemoine sur l’assurance emprunteur, chez les répondants ayant ou souhaitant obtenir un crédit, une courte majorité (53%) estime que cette loi va les inciter à réaliser les démarches pour changer leur assurance emprunteur.

 

Les Français attendent de l’Etat une politique volontariste et ambitieuse en matière de fiscalité et de rénovation énergétique

Selon les Français, faciliter l’accès au crédit est l’action prioritaire que doit mener Emmanuel Macron en matière de logement, avec 21% des réponses, suivi par les aides fiscales ou la baisse des droits de succession pour favoriser l’accession à la propriété (20%) et la revalorisation des aides à la rénovation énergétique des logements (20%). Cette dernière est la seule dimension en hausse depuis la dernière élection présidentielle en 2017. Elle est plus spécifiquement mentionnée par les cadres (25%), les personnes ayant l’intention d’acheter un bien immobilier locatif (25%) et surtout les primo-accédants (38%).

Ce critère d’économie et de performance énergétique prend donc de plus en plus d’ampleur, à la fois en raison des préoccupations croissantes liées à la protection de l’environnement. Mais aussi, car la loi Climat et Résilience (2021) rend les DPE obligatoires en cas de vente d’un bien immobilier et que de plus en plus de banques conditionnent l’octroi d’un prêt à cette évaluation.

Ainsi, parmi ceux ayant l’intention de réaliser au moins un achat au cours des 5 prochaines années, 88% considèrent comme important le diagnostic de performance énergétique dans leur décision, dont 32% qui le jugent « très important ». Chez les primo-accédants, le DPE semble même constituer un critère rédhibitoire, dans la mesure où tous le considèrent comme important, dont 15% « très important » et 85% » plutôt important ».



L’INFO EN PLUS

La 10e édition de l’étude Ifop-CAFPI « Les Français et l’accession à la propriété » s’est également penchée sur la notoriété et l’image de l’activité des courtiers en prêt immobilier.

La grande majorité des Français interrogés (87%) connaissent les courtiers en prêts immobiliers (dont 64% précisément et 23% peu précisément), soit une notoriété stable par rapport à mars 2021.

Dans un contexte actuel de forte chute du pouvoir d’achat, 53% des Français qui connaissent les courtiers considèrent le fait d’y recourir comme une économie supplémentaire.

Et sur l’ensemble des répondants, précise l’Ifop, trois bénéfices principaux ressortent : gain de temps, pour 83% d’entre eux, accompagnement expert (83%) et source d’économies (60%).



plan du site mentions légales haut de la page