28 sep. 2021
Location nue ou meublée ? Et si la Covid avait changé la donne
La location meublée est toujours parue plus avantageuse que la location nue. Si c’est toujours le cas, la crise sanitaire oblige les bailleurs à prendre plus en compte encore le contexte local, et à s’adapter.
Avec un écart de loyer par rapport à la location nue de 10% pour un bail mobilité en zone tendue, et pouvant aller jusqu’à 30% pour un logement en meublé saisonnier en zone touristique, la location meublée est, sur le papier, plus intéressante en termes de liquidité, de rentabilité et de fiscalité. Mais la crise de la Covid-19, a remis en cause cet état de fait. Aujourd’hui, le choix entre location nue et location meublée dépend principalement du contexte local. 


Les avantages du meublé 
En location meublée, le risque d’impayé est réduit : en location saisonnière, les loyers sont souvent réglés en avance. Le bail mobilité, avec une durée maximale de 10 mois, réduit aussi les risques. Les impayés étant souvent dus à des aléas de la vie : divorce, chômage. 

Niveau impôts, la location meublée est également la plus intéressante. Les amortissements permettent d’échapper à l’imposition pendant 10 ans en moyenne. 

Si on ajoute à cela, la facilité de donner congé pour vente à un locataire (1 an en meublé contre 3 ans en nue) pour pouvoir vendre libre de toute occupation et la moindre décote des biens meublés s’ils sont vendus avec un locataire en place, ce type de location reste très avantageuse. 

Une adaptation de chaque instant 

Mais attention, si la location meublée dispose de nombreux avantages, elle n’est pas toujours la meilleure solution. Il est important de bien prendre en compte le contexte locatif local. Rien ne sert de proposer un bien en location meublée pour profiter de la fiscalité, s’il n’y a pas de demandes localement. 

A titre d’exemple, les biens en locations saisonnières de la capitale sont peu recherchés depuis le début de la crise sanitaire, les bailleurs ont dû s’adapter. D’autant plus qu’il est possible de basculer d’un régime à l’autre. Mais attention aux conséquences financières. Passer d’une location meublée à une location nue, alors qu’on appliquait jusque-là un déficit foncier dur ses revenus locatifs, remet en cause l’avantage fiscal. 

Source : Les Echos / Reproduction interdite 
Crédit photo : canva 

location immobilier covid crise sanitaire
plan du site mentions légales haut de la page