28 sep. 2021
Logements bâtis avant 1975, le gouvernement suspend le nouveau DPE
Suite à l’entrée en vigueur depuis le 1er juillet dernier du nouveau Diagnostic de performance énergétique (DPE), de nombreuses remontées de terrain faisaient état de résultats anormaux sur les étiquettes du nouveau DPE pour certains types de logements, notamment ceux construits avant 1975.
Suite à l’alerte des professionnels de l’immobilier, le ministère du Logement recommande aux diagnostiqueurs de ne pas établir de DPE pour ces logements, a constaté des « anomalies ». 
 
Dans son communiqué, publié vendredi dernier, le ministère du Logement indique que des « résultats anormaux » des diagnostics ont été détectés pour « certains types de logements, parmi ceux construits avant 1975 », après des remontées des professionnels du secteur. Il ajoute que «d es analyses sont en cours » pour mieux comprendre et corriger ces « anomalies », mais qu’en l’attente de leurs résultats, la direction générale de l’aménagement, du logement et de la nature « recommande aux diagnostiqueurs de suspendre l’édition des diagnostics de performance énergétique pour les logements datant d’avant 1975, hormis dans les cas rendus nécessaires par des transactions urgentes ». 

 

La suspension devrait durer quelques jours 

 

En pratique, les diagnostiqueurs sont invités à continuer les visites de logements construits avant 1975 et les mesures de performances énergétiques, mais à attendre avant d’établir le DPE. La suspension des diagnostics ne devrait durer que quelques jours. Le ministère du Logement réunira le 4 octobre les professionnels du secteur et présentera à cette occasion un bilan des DPE réalisés, « détaillant les anomalies constatées et précisant les mesures correctrices ». 
 
Cette annonce intervient une semaine après que la Fédération nationale de l’immobilier (Fnaim), l’Union nationale des propriétaires immobiliers (UNPI) et l’association Plurience avaient alerté sur le nombre de « passoires thermiques » détectées lors des diagnostics, qui était bien plus important que prévu. « C’est un soulagement de voir qu’on a été entendus, a déclaré vendredi à l’AFP Jean-Marc Torrollion, président de la Fnaim. On attend la réunion du 4 octobre avec impatience », a-t-il poursuivi, en se disant confiant que les anomalies seraient corrigées d’ici là. 
 

 

Source : Le Figaro / Reproduction interdite 
Crédit photo : Canva 

logements immobilier
plan du site mentions légales haut de la page