16 nov. 2021
Le marché de l’immobilier de bureaux en forme
Si la crise sanitaire a mis en avant le télétravail, le marché de l’immobilier de bureaux redémarre, porté par des recherches en centre-ville et dans les centres d’affaires. Et la sous-location se développe face au manque de locaux disponibles...
L’année 2020 a été compliquée pour l’immobilier de bureaux entre l’arrêt des chantiers, les reports d’investissement des entreprises et le développement du télétravail. D’ailleurs, selon Arthur Loyds, en Ile-de-France 1,3 million de m2 ont été placés en 2021 contre 2,2 millions en moyenne sur les dix dernières années. 
 
Si la crise sanitaire n’est pas encore totalement derrière nous, la demande placée est entre juillet et septembre 2021 est en hausse de 66% par rapport à 2020, même si elle reste en recul de 180 000 m2 par rapport à 2019 (source : immostat). 

 

Paris résiste 

Contrairement à certaines prévisions, les entreprises n’ont pas quitté la capitale. La demande se concentre sur les secteurs les plus recherchés traditionnellement : le centre et les quartiers d’affaires. 48% de la demande placée se concentre sur Paris intra-muros et seulement 23% sur les 1ère et 2ème couronne (contre 35% en 2019). 
 
Ces chiffres confirment que les recherches s’effectuent sur des bureaux facilement accessibles à moins de 5 minutes d’un métro, d’un RER ou d’une gare SNCF. 

 

La sous-location comme réponse au manque d’espaces… 

Paris, comme toutes les grandes capitales européennes, a vu se développer ces dernières années une offre importante de coworking. « Il y a eu un assèchement du marché lié à un monopole pratiquement des transactions vers des espaces de coworking », explique Ingrid Nappi, professeure-chercheuse à l’Essec business school. En conséquence, l’offre locative s’est réduite et les loyers ont augmenté. 
 
Face à cette problématique, la sous-location se développe, permise par une réduction des effectifs dans certaines entreprises et le télétravail qui libèrent des mètres carrés. La sous-location permet donc de rentabiliser ces espaces inoccupés 

 

…Et pour plus de flexibilité 

La solution de la sous-location est notamment très intéressante pour les entreprises en pleine croissance, avec des baux moins longs que ceux habituellement signés en immobilier de bureaux. L’entreprise qui sous-loue peut ainsi facilement « reprendre » ses locaux si besoin et celle qui loue peut s’adapter à son développement et donc son besoin d’espace. 
 
Les bureaux restent essentiels pour des nombreux entrepreneurs, à l’image de Kilian Bazin, cofondateur de Toucan Toco: « Il y a besoin d'interactions informelles entre les gens. Et il y a aussi sans cesse de nouvelles personnes qui rentrent et qui ont besoin de créer du relationnel avec les autres. » 

 

Source Francetvinfo.fr / reproduction interdite 
Crédit photo : Canva

immobilier crise sanitaire location bureaux
plan du site mentions légales haut de la page